Santé et Médicament

Basique :: [ Basique ]

78041 lectures

Streptocoque

Par Dr Malki Samir

Streptocoque

Publié le Samedi 25 Mai 2013


Streptocoque sur facebook
Streptocoque A , autre Streptocoque , paroi de Streptocoque A , substances Streptocoque A - Bactériologie.



 

A.  Paroi de streptocoque de groupe A

le polyoside C détermine le groupe de Lancefield (se situe entre la couche de peptidoglycane et la couche protéique externe)

–  Couche protéique externe : protéine M (facteur principal de virulence ; les Ac anti-M sont protecteurs) ; la protéine T ; protéine R (n’est pas impliquée dans la virulence ou l’immunité). 

 

B.  Substances diffusibles du streptocoque du groupe A

–  Streptolysine O immunogène (ASLO)

–  Streptolysine S elle n’est pas antigénique, insensible à l’oxygène

–  Hyaluronidase favorise la diffusion de l’infection

–  Streptokinase active la lyse de fibrine : facteur de diffusion

–  Streptodornase (DNase) n’a pas d’effet cytotoxique car elle ne pénètre pas dans les cellules eucaryotes.    

–  Tous ces produis sont antigéniques sauf la streptolysine S.

–  La toxine érythrogène (pyrogène) et également antigénique, elle induit un état d’hypersensibilité retardé, elle est responsable de la scarlatine. Comme la toxine staphylococcique, elle se comporte comme un superantigène ®activation non spécifique des cellules T.

–  épreuve de Dick : l’injection sous-épidermique de toxine érythrogène provoque une zone d’éruption chez les sujets réceptifs non immunisés.

–  lesASLO sont ni spécifiques, ni sensibles. Les anti-streptodornases sont plus sensibles et plus spécifiques.

 

C.  Remarques concernant les autres streptocoques

–  En cas d’infection par les streptocoques ß-hémolytiques (C, G) : la seule complication à redouter est la glomérulonéphrite

–  La culture des ß-hémolytiques C et G n’est pas inhibée par la bacitracine contrairement à celle des streptocoques du groupe A.

 –  Les streptocoques du groupe B (Streptococcus agalactiae) sont des commensaux du tube digestif et des voies aériennes, éventuellement responsable d’infection néonatale sévère. Ce sont des ß-hémolytiques (zone d’hémolyse étroite) ; produit le facteur CAMP ; l’Ag B est caractéristique du groupe. Elles sont moins sensible aux pénicilline ; traitement = ampicilline + aminoside.

–  Les streptocoques du groupe D (S. bovis) cultivent sur des milieux ordinaires et même en présence de substances inhibitrices comme la bile. Contrairement aux entérocoques, ils ne se développent pas sur milieu hypersalé. Le plus souvent non hémolytique ; l’Ag D n’est pas un polyoside. ils sont moins résistants aux ß-lactamines que les entérocoques.   

–  Les entérocoques(enterococcus faecalis) possède l’Ag D ; se développent sur milieu hypersalé ; commensaux des flores bucco-pharyngées et intestinales. Les pénicillines M et les céphalosporines sont inactives ; les autres ß-lactamines sont peu actifs. Les glycopeptides sont généralement actifs. Les autres antibiotiques sont inefficaces. Le choix antibiotique est limité aux associations : ß-lactamines+aminosides ou glycopeptides-aminosides.    

Mots clés de l'article : Streptocoque |

Dans la rubrique Basique

Staphylococcus aureus

Staphylococcus aureus

Les bactéries anaérobies strictes

Les bactéries anaérobies strictes
Les avis des lecteurs

Votre réaction sur le sujet


Votre Pseudo


Votre mail


Message

* Les messages postés sont soumit a des conditions



Recevez chaque semaine sur votre boite de reception les dernieres actualités médicales.
Agenda Scientifique
Dossier
>Basique
Jeudi 01 Nov. 2018
Maladie et syndrome
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z