Global Statistics

Stats COVID-19

Qu’est-ce que l’endométriose pelvienne profonde ?

0
(0)

L’endométriose pelvienne profonde est un stade de l’endométriose où les lésions pénètrent en profondeur dans l’espace rétro-péritonéal ou dans la paroi des organes pelviens, comme le vagin, le rectum et les ligaments utéro-sacrés. La pathologie a une coloration digestive quand elle infiltre la musculeuse digestive ou urologique pendant l’infiltration de la musculeuse vésicale ou urétérale.

Symptômes de l’endométriose pelvienne profonde

Douloureux et à recrudescence menstruelle, les symptômes de l’endométriose profonde sont souvent liés à une infertilité. D’autres signes cliniques apparaissent et dépendent du cycle de la patiente. Ils varient fortement selon la localisation des lésions. En cas d’endométriose pelvienne profonde, on note de la dysménorrhée, de la dyspareunie profonde, c’est-à-dire des douleurs durant les rapports sexuels, et des douleurs pelviennes chroniques. Cette maladie embarque également des symptômes fonctionnels digestifs, comme la constipation, la diarrhée et des douleurs lors de la défécation. Aussi, des douleurs urinaires se manifestent, notamment des brulures à la miction, des difficultés pour vider la vessie et la présence de sang dans les urines. Les risques d’infertilité sont réels quand l’endométriose pelvienne profonde survient. La pathologie est très souvent accompagnée d’une fatigue chronique.

Diagnostic

Un entretien clinique et un examen gynécologique permettent de suspecter la maladie. Quand on effectue un examen gynécologique, une inspection est faite et est suivie d’une palpation. Le praticien fait un toucher vaginal. Cela lui permet de localiser les lésions sous-péritonéales profondes et les kystes endométriosiques. Cet examen doit être réalisé en période menstruelle pour un diagnostic plus efficace. Il permet également de détecter des anomalies, à condition qu’il soit bien exécuté. 

Certains professionnels font un toucher vaginal trop superficiel et n’explore pas la région dite du cul-de-sac de Douglas dont l’évaluation est possible par la palpation du cul-de-sac vaginal postérieur. À partir de cet examen, on peut repérer des nodules douloureux, une rétroversion utérine, c’est-à-dire une malposition de l’utérus, ou se rendre compte d’un ovaire plus volumineux et douloureux.

Il est possible aussi qu’un toucher rectal soit réalisé pour diagnostiquer l’endométriose pelvienne profonde. On l’effectue notamment en cas de suspicion d’une atteinte de la paroi postérieure ou lorsque la patiente se plaint de douleurs lors de la défécation.

La réalisation d’examens d’imagerie médicale permet également de diagnostiquer l’endométriose pelvienne profonde. Par exemple, une échographie pelvienne ou endovaginale permet de localiser des kystes d’endométrioses hors de l’utérus. En outre, cet examen garantit l’exploration de l’espace situé en avant de l’utérus et l’aire rétro cervicale.

La pratique de l’hystérosalpingographie est envisageable pour diagnostiquer l’endométriose pelvienne profonde. Il s’agit d’une radiographie de l’utérus et des trompes après injection d’un produit de contraste. On la réalise en vue de rechercher d’éventuels signes indirects d’adénomyose ou évaluer les problèmes de perméabilité des trompes de l’utérus.

Pour le diagnostic de la pathologie, une échographie endorectale peut être réalisée. On le fait à l’aide d’une sonde fine qui est insérée dans le rectum. À partir de cet examen, l’exploration des lésions d’endométriose profonde est effectuée et peut concerner le rectum, jusqu’à 25 cm au-dessus de l’anus.

Notez également que l’IRM est un examen très fiable et précis pour détecter l’endométriose pelvienne profonde. C’est une excellente technique pour faire une cartographie précise des lésions d’endométriose sous-péritonéales profondes.

Traitement

Pour traiter l’endométriose pelvienne profonde, on a de plus en plus recours à la chirurgie. Le but est d’effectuer l’exérèse de l’ensemble des lésions d’endométriose. Ce geste chirurgical est assez complexe et va dépendre de l’extension de la maladie. Une évaluation précise de celle-ci est faite en préopératoire par un bilan d’imagerie complet. 

Une diversité de gestes opératoires peut être réalisée. Il y a la résection du torus utérinum et d’un ou des deux ligaments utérosacrés. On note également la résection d’une lésion envahissant le torus utérinum, une zone qui se trouve sur la face postérieure de l’utérus au niveau de l’insertion de deux ligaments, ce qu’on appelle les ligaments utérosacrés.

Pour traiter l’endométriose pelvienne profonde, la pratique de l’exérèse de kyste, ou kystectomie, est possible. Le but est de traiter les kystes ovariens dus à l’endométriose. Dans certains cas, il n’y a pas d’autre choix que de faire de l’hystérectomie totale. On tient compte toutefois de l’étendue des lésions et de l’âge de la patiente. L’hystérectomie totale se résume à une ablation totale de l’utérus qui est l’organe qui conserve les ovaires. Cette ablation peut concerner le corps ou le col de l’utérus.

 

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne : 0 / 5. Décompte des votes : 0

Soyez le premier à noter ce post !

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Sujets chauds

Articles en rapport