Santé et Médicament

Actualité :: [ Actualité ]

17111 lectures

VIH : Une nouvelle souche identifiée à Cuba

Par Dr Dounia BENABID

VIH : Une nouvelle souche identifiée à Cuba

Publié le Lundi 23 Févr. 2015


VIH : Une nouvelle souche identifiée à Cuba sur facebook
VIH Une nouvelle souche identifiée à Cuba plus agressive que les précédentes - Infectieux.



 

A cuba, une variante du VIH qui est beaucoup plus agressive que les autres formes connues du virus a été identifiée. Les patients infectés progressent au SIDA si rapidement qu'ils ne savent même pas qu'ils sont infectés, avec les symptômes du sida survenant dans les 3 années d'infection.

Vih Attanque les cellule

VIH s’ancre aux protéines sur les membranes des cellules avant d'être en mesure de pénétrer dans la cellule.

Si une personne contracte plusieurs souches de VIH - généralement par relations sexuelles non protégées avec de multiples partenaires infectés - alors ces souches peuvent se recombiner en une nouvelle variante du VIH au sein de l'hôte. La nouvelle forme cubaine du VIH est un exemple vivant d’une telle version du virus.

Mode d’action de la nouvelle souche de VIH :

Le VIH s’ancre aux corécepteurs des protéines sur les membranes des cellules  avant que le virus ne soit en mesure de pénétrer dans la cellule. Le premier corécepteur qui ancre le VIH est connu comme un CCR5. Puis, après un certain nombre d'années de santé normal, le virus passe au point d'ancrage CXCR4, ce qui entraîne une progression plus rapide vers le SIDA.

Dans la forme recombinante du VIH identifié à Cuba, le VIH rend la transition vers CXCR4 peu après l'infection, ce qui réduit la phase saine et l'ouverture de la progression vers le SIDA.

Les résultats des recherches :

Une équipe internationale de chercheurs a comparé le sang de 73 patients récemment infectés avec cette forme recombinante du VIH - dont 52 avaient été diagnostiqués (SIDA), avec le sang de 22 patients qui avaient progressé au sida après la période normale "saine" de l'infection par VIH.

Les patients avec le VIH recombinant se sont avérés avoir des doses anormalement élevés du virus et les molécules de défense appelées RANTES.

RANTES : interprétation et analyse

RANTES fait partie de la réponse immunitaire humaine et se lie à CCR5, le corécepteur du VIH qui ancre initialement après l'infection.

Parce que RANTES est présent à des concentrations plus élevées chez ces patients que la normale, cela suggère que la plupart des protéines CCR5 n’étaient pas disponibles en tant que points d'ancrage pour le VIH. Par conséquent, le VIH recombinant aurait contourné son point d'ancrage d'habitude, se dirigeant directement à CXCR4 à la place.

Protéase dans la variante recombinante stimule la réplication du virus

L'un des sous-types du VIH impliqués dans le variant recombinant s’est également avéré contenir une protéase - une enzyme qui taille les protéines dans de nouveaux virus , ce qui permet au virus de se répliquer dans un plus grand nombre.

Normalement, expliquent les auteurs de l'étude qui est publiée dans la revue EBioMedicine : la transition de CCR5 à CXCR4 est "très difficile."

Mots clés de l'article : VIH | SIDA |

Dans la rubrique Actualité

Lait artificiel : Un taux d’arsenic plus élevés

Lait artificiel : Un taux d’arsenic plus élevés

Le cancer de la prostate : mortalité élevée en l'Algérie

Le cancer de la prostate : mortalité élevée en l'Algérie
Les avis des lecteurs

Votre réaction sur le sujet


Votre Pseudo


Votre mail


Message

* Les messages postés sont soumit a des conditions



Recevez chaque semaine sur votre boite de reception les dernieres actualités médicales.
Agenda Scientifique
Dossier
>Basique
Maladie et syndrome
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z