Santé et Médicament

Mise au point :: [ Mise au point ]

1871 lectures

Troubles respiratoires et  malocclusions  orthodontiques

Par Pr F.Ammouche

Troubles respiratoires et malocclusions orthodontiques

Publié le Lundi 30 Nov. -1


Troubles respiratoires et  malocclusions  orthodontiques sur facebook
Troubles respiratoires et malocclusions orthodontiques



Introduction

L’idéal est que la respiration soit nasale, son dysfonctionnement lié à la présence d’obstacles infectieux ou anatomiques peut perturber le développement des structures squelettiques faciales et dento-alvéolaires  et provoquer l’apparition de malocclusions orthodontiques.

Chez l’enfant, les troubles de la ventilation ont une origine multifactorielle avec souvent  une hypertrophie des amygdales, des végétations adénoïdes ou  des rhinites d’origine infectieuse ou allergique.

A quoi reconnait-on un insuffisant respiratoire ?

Un certain nombre de caractéristiques cliniques morphologiques et/ou fonctionnelles sont révélatrices du trouble respiratoire:

  • Le faciès dyspnéique (visage pâle, étroit et long, yeux cernés) ;
  • La présence de signes de croissance verticale du visage : rotation postérieure de la mandibule;
  • L’inocclusion labiale en rapport avec une respiration buccale palliative;
  • Des fonctions oro-faciales perturbées en particulier la déglutition ;
  • Des problèmes de posture : la tête est projetée vers l’avant pour faciliter la respiration;

Conséquences sur le développement de l’enfant

La croissance générale de l’enfant ainsi que son état de santé sont perturbés. On peut  évoquer un retard dans le développement neuro-cognitif, de l’hyperactivité associée à une fatigue chronique causée par les troubles du sommeil (Ronflements-SAHOS-énurésie) qui accompagnent le problème respiratoire.

Sur un plan orthodontique

Les conséquencesnéfastes et multiples des troubles respiratoires sur le développement des structures oro-faciales sont nombreuses et varient :

 

  • selon le type d’obstruction : symétrique ou asymétrique, partielle ou totale, précoce ou tardive, temporaire ou permanente [1];
  • selon l’importance et la durée  du trouble respiratoire ;
  • selon les anomalies osseuses ou fonctionnelles associées ;
  • selon le stade de maturation et de croissance;

 

Dans tous les cas [2,4] :

  • la force expansive du flux aérien diminue;
  • la langue s’abaisse afin de  permettre l’installation d’une respiration buccale qui vient compenser l’insuffisance  respiratoire nasale;
  • les postures de la langue, de la mandibule et de la tête sont  perturbées;
  • l’hypo-développement naso-sinusien se répercute sur la croissance du maxillaire et indirectement sur celle de la mandibule;

Des anomalies orthodontiques apparaissent comme :

  • L’inocclusion labiale  (respiration buccale) avec souvent une interposition linguale au repos et au cours des fonctions oro-faciales ;
  • La proalvéolie supérieure ou inférieure avec des incisives projetées vers l’avant liée à des dysfonctions linguales au repos (position basse et protrusive de la langue) ou au moment de la déglutition/phonation (pression linguale sur les dents antérieures) ;
  • L’endoalvéolie supérieure avec une arcade alvéolaire étroite peu développée en raison de la position basse de la langue ;

Les anomalies peuvent être squelettiques, elles concernent dans ce cas les bases osseuses maxillo-mandibulaires, elles sont plus difficiles à prendre en charge d’où l’intérêt d’une prise en charge préventive par l’amélioration de la ventilation à un âge précoce (Fig.1).

Il s’agit de [1,3,5] :

  • La béance squelettique qui s’accompagne d’une croissance faciale verticale donnant un préjudice esthétique et fonctionnel sévère ;
  • L’endognathie maxillaire ou maxillaire étroit dans le sens transversal et la brachygnathie maxillaire ou maxillaire court dans le sens sagittal avec des troubles dans les rapports d’occlusion avec la mandibule conduisant souvent à un latéroglissement de cette dernière (Fig.2) ;
  • La promandibulie ou mandibule en avant du maxillaire, un profil creux et des problèmes occlusaux et esthétiques difficiles à prendre en charge en particulier chez l’adulte ;
  • Le prognathisme maxillaire surtout si le problème ventilatoire est associé à une succion digitale ;
  • L’encombrement dentaire à l’arcade  supérieure dès la denture temporaire en raison du manque de développement avec souvent des retards d’éruption, des malpositions multiples ou des inclusions dentaires qui touchent en particulier les canines permanentes.

 

Fig 1 : Décalage maxillo-mandibulaire et insuffisance de croissance chez un respirateur buccal présentant des végétations adénoïdes

 

                      

 Fig 2 : Maxillaire étroit et court associé à un encombrement dentaire sévère

Fig 3 : Langue basse et protrusive en faveur d’une promandibulie

 

 

Conclusion

La respiration nasale lorsqu’elle est entravée dans son déroulement normal peut induire une insuffisance de  croissance  au niveau de la sphère oro-faciale avec pour conséquence de nombreuses dysmorphoses orthodontiques isolées ou qui viennent aggraver des anomalies déjà présentes dues à d’autres facteurs étiologiques.  

Des solutions thérapeutiques existent  nécessitant une interaction Orthodontie-Otho-rhino-laryngologie. Cependant la meilleure option thérapeutique reste l’interception dès la petite enfance par une prise en charge du problème respiratoire lorsque  l’indication est posée et l’amélioration  orthodontique des insuffisances de croissance qui favorisent la respiration buccale. 

 

Bibliographie

1. Gola R, Richard O, Cheynet F,  Brignol  L, Guyot L.

Étiopathogénie de l’obstruction nasale et conséquences sur la croissancemaxillo-faciale.  EMC 2006 Elsevier SAS, 23-474-C-10: 17p.

2. Doual JM,  Brulin-Sauvage F,  Doual-Bissier A.

Ventilation nasale : bases anatomophysiologiques.EMC 1995 Elsevier SAS, 23-474-C-11.

3. Gola R, Guyot L, Richard O, Cheynet F.

Dysfonctions de l'appareil manducateur et obstruction nasale.

Information dentaire, n° 39; 2002.

4. Lacout J.

Prévention en orthopédie dento-faciale.

Ortho-autrement,  n°1; 2009.

5. Vesse.M

Classes III squelettiques.

EMC 2007 Elsevier SAS, 23-472-G-10: 33p.

Mots clés de l'article : |

Dans la rubrique Mise au point

La césarienne extra-péritonéal

La césarienne extra-péritonéal
Les avis des lecteurs

Votre réaction sur le sujet


Votre Pseudo


Votre mail


Message

* Les messages postés sont soumit a des conditions



Recevez chaque semaine sur votre boite de reception les dernieres actualités médicales.
Agenda Scientifique
Dossier
>Basique
Lundi 30 Nov. -1
Maladie et syndrome
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z