Santé et Médicament

FMC :: [ FMC ]

35470 lectures

Maladie Maniaco Dépressive

Par admin19

Maladie Maniaco Dépressive

Publié le Mardi 20 Nov. 2012


Maladie Maniaco Dépressive sur facebook
Définition,Diagnostic,Evolution,Traitement des accès,Traitement de fond



 

Définition

 

·    Trouble de l’humeur cyclique sous forme d’accès maniaques et/ou mélancoliques,

 

     le patient retrouvant son etat  normal entre les accès

 

·    C’est une psychose ce qui implique :

  •  Idées délirantes
  •  Absence de conscience du trouble
  •   Symptômes ne s’expliquant pas par le contexte psychologique

 

·    Epidemiologie:

  •  Pathologie très fréquente : 0,5% de la population
  •  Terrain  :

⇒Age : 25 ans pour bipolaires ;  > 40 ans pour unipolaires

⇒Sexe : Femme (surtout net pr les unipolaires)

⇒Atcd familial thymiques ou de suicide  => facteurs multigénique très vraisemblable = psychose Ive endogène avec rôle important ds l’environnement => Mie multifactorielle

⇒Existence de facteurs prédisposants ou précipitants :

  1. Situations précipitantes : deuil, accouchement (psychose puerpérale /dépress° post-partum st des facteurs d’entrée ds PMD )
  2. Prise de toxique  peut entraîner un épisode thymique majeur qui peut rester isolée ou inaugurer l'entrée ds PMD

 

 

Diagnostic

 

 

Accès mélancolique

Accés maniaque

Début progressif : tristesse, asthénie

Début rapidement progressif par insomnie précoce/rebelle

Sd depressif intense

Dl morale intense= tristesse pathologique :

- Tristesse profonde, permanente, aréactive

-  Dégoût de la vie, anesthésie douloureuse

-  Anhédonie : incapacité à éprouver du plaisir

Inhibition psychomotrice

-  Faciès figé – amimie – bradykinésie

-  Bradyphémie (baisse D°verbal : réponse lente , laconique) => mutisme

-  Prostration => stupeur

-  Vide de la pensée, monoïdéisme 

- Aboulie

Désir de mort intense (gravité ) :

-  Risque suicidaire: fréquent et grave, parfois inaugural :

a)-   Raptus impulsifs

b)-     Conduites élaborées et préméditées

-  Mort désirée et recherchée de façon obsédante, comme un châtiment mérité

Anxiété incste et svt masquée par le ralentissement

Accelration psychomotrice      exaltation de l’humeur

Modification de l’humeur :

-  Hyperthymie = exaltation de l’humeur :

a)-  Expansion euphorique de l'humeur, vision + de lui

b)-    Idées de grandeur, optimisme, rire, chant

c)-    Contact familier superficiel, tutoiement facile = désinhibition instinctuelle

d)-    Sentiment de tte puissance, de forme inébranlable

-  Versatilité de l’humeur :

a)-   Frustrations mal supportées et peuvent faire varier humeur ou engendrer comportements agressifs

b)-  Réactivité majeure à l’environnement

Accélérat psychoM :ne peut refreiner son activité mentale :

- Trbles cognitifs (fuite des idées, distractibilité, troubles des associations idéiques « coqs à l’âne », jeux de mots)

- Tachypsychie, tachyphémie,hypermnésie, Logorrhée

-  Agitation psychomotrice jusqu’à la fureur destructrice

-  Hyperactivité désordonnée et improductive

Troubles du comportement (désinhibition sexuelle, dépenses inconsidérées, ludique (jeux de mot)

somati

 

Ds le cadre du SD depressif

 - Insomnie rebelle du petit matin

-  Anorexie, amaigrissement

-  AEG intense

- Baisse libido

Somatique

-  Insomnieconstante  sans sensation de fatigue

-  Anorexie ou hyperphagie, amaigrissement

-  Déshydratation, hyperthermie

-  Augmentation de la libido = hypersexualité

Idées délirantes

Thèmes    => Délire inconstant :

- Culpabilité, indignité, dévalorisation, incurabilité

- Persécution, autoaccusation, renoncement, anhédonie

Organisation : systématisé

Mécanismes :

-  Intuitif = sens erroné donné à qqchose qui n’existe pas

- Interprétatif = sens erroné donné à qqchose qui existe

- Hallucination cénesthésique= perception sans objet

-  Illusion = Distorsion sensorielle de la perception

Adhésion : totale au délire

Type : dépressif

Evolution : durée : aiguë < 6 mois

Syntonie : syntone : humeur adaptée au délire, congruente

Idées delirantes

Thèmes = trouble du contenu de la pensée :

-  Mégalomanie

-  Mystique

- Erotique

-  De Grandeur, de filiation

Organisation : systématisé (à vérifier)

Mécanismes :

Jamais d’hallucination

-  Intuition, interprétation surtt

Adhésion : totale au délire

Type :

- Evolution : durée : aiguë < 6 mois

- Syntonie : hypersyntonie

 

Accès mélancolique

Accés maniaque

Formes  cliniques

1 : Mélancolie stuporeuse

-  Stupeur = suspension de toute activité motivée en l’absence de tbles moteurs => inhibit° psycho-motrice

-Eliminer les autres causes de stupeur

a)-   Choc émotionnel

b)-    Catatonie

c)-     Etats confusionnels 

 

2 : Mélancolie anxieuse

- Symptomes d’angoisse avec agitation inefficace

-   Risque majeur de  TS  => sismo en 1ière  intention

 

3 : Mélancolie délirante

-  Thèmes : idées d'incurabilité, de culpabilité, auto-accusation, hypocondrie

-  Mécanisme exceptionnellement hallucinatoire

-  Syntone à l’humeur

 

4 : Dépression d’involution

- Terrain : F > 50 ans ménopausée sans atcd dysthymique parfois sur terrain sensitif ou obsessionnel

Délire

a)-      hypocondriaque

b)-      Sd de Cotard= délire de négation (d'organes, du monde…)  +  idée d’immortalité

Ralentissement psychomoteur rare

Agitation anxiété importante

- Traitement moins efficace que PMD typique

1 : Hypomanie :

-  Excitation efficace et non délirante

-  Fréquente sous lithium ou AD

2 : Manie délirante (cf) : pas un réel délire à proprement parler, on parle plus d’idées délirantes.

3 : Manie confuse : rare imposant d’éliminer toute cause organique de manie (cf diagnostic différentiel)

 

 

 

Pas d’anxiété ds les accés maniaques

Diagnostic  différentiel

1 : Dépress°symptomatique d'une affection somatique :

- Symptomatologie confusionnelle (qui doit être systématiquement recherchée),

-  Etat dépressif atypique (résistant aux AD, d'évolution fluctuante, associé à des troubles du caractère...)

-  Eléments d'orientation de l'examen somatique

-  Affections en cause sont neurologiques, endocriniennes (hypoT), toxiques, métaboliques ou générales

 

2 : Dépressions non mélancoliques ou exogènes

3 : Dépressions secondaires lors d'une Mie organique (K incurable, Mie chronique) ou psychiatrique

4 : Démences débutantes

1 : BDA et moment fécond de schizophrénie

2 : Affections somatiques :

- Lésion frontale : Hématome ou  tumeur (Moria des frontaux se caractérise plutôt par une désinhibition instinctuelle avec béatitude niaise) , SEP

Syphilis tertiaire = Tabès  (Sd démentiel avec délire mégalomaniaque "couille en or" , dysarthrie, tremblement des lèvres, S d'Argyll-Robertson , paralysies générale)

Quelques hyperthyroïdies s'accompagnent d'une agitat° psychoM.

Prise de toxiques : cocaïne, corticoïdes, L-Dopa, amphétamines et anorexigène, INH, Levothyrox, bromocriptine, antiHTA central, anticholinergique...

3 : Démence sénile, démence de Pick :

-  Il s'agit toutefois d'une désinhibition instinctuelle plus que d'un syndrome d'excitation avec euphorie et tachypsychie ; en outre, les troubles du jugement sont au premier plan.

4 : Hystérie

 

·     Etat mixte = Coexistence de symptômes maniaques ET mélancoliques, en même tps

- Classiquement les troubles maniaques et dépressifs s'excluent mutuellement. Leur association est rare et définit l'état mixte. Le comportement est de type maniaque (agitation, tachypsychie...) alors que les thèmes exprimés sont du registre dépressif (désespoir, culpabilité...). L’inverse est possible : humeur maniaque et inhibit° psychomotrice

 

 

 

·    Diagnostic de la maladie maniaco-dépressive (nouvelle classification DSM IV – CIM 10 OMS) :

  • Trouble unipolaire (UP) :  Survenue à intervalles libres d'épisodes dépressifs caractérisé. 
  • Trouble bipolaire (BP) = Succession d’hypomanies, de manies ou de virages maniaques associés à des épisodes mélancoliques ou non. La maladie est classiquement divisée en trois sous-classes :

⇒      Type I : Success° d’épisodes maniaques et d’épisodes dépressifs oud’épisodes maniaques sans dépression (rare)

⇒    Type II :Succession d’épisodes hypomaniaques et d’épisodes dépressifs

⇒      Type III :succession de dépressions et de manies ou hypomanies induites par un traitement AD

  • Une fois éliminé le caractère secondaire de l'accès (manie de deuil, manie secondaire à une prise de toxique ou à une maladie somatique...), la survenue d'un épisode maniaqueest suffisamment spécifiquepour poser le diagnostic de maladie maniaco-dépressive bipolaire.
  • En revanche, la dépression n'étant pas spécifique de la PMD, le diagnostic de maladie maniaco-dépressive unipolaire repose alors sur un faisceau d'arguments :

⇒Caractère très « biologique » de l'accès

⇒Périodicité,

⇒Atcd familiaux de trbles de l'humeur (ceux-ci sont toutefois inconstants)

⇒Réponse aux sels de lithium.

  • Plusieurs caractéristiques différencient les formes UP et BP :

 

TUP

TBP

Sex Ratio

Age de début

Fréquence des accès

Efficacité du traitement par lithium sur rechute

Risque sur la vie entière

Risque toxico/OH

Risque pr les apparentés au 1ier degré

S/R = 2 (Femme)

30-40 ans

+

+

+

3%

seulement de faire UP

= 1

20-30 ans

+++

+++

+++ x 2

%

UP et BP avec un RR = 5 à 10

 
 

 

Evolution

 

  • Accès mélancolique :

⇒Suicide = risque évolutif majeur,  parfois virage soudain de l'humeur sous AD

⇒Rémission de l'accès en 6-8 semaines sous AD, en 1 an de façon spontannée

⇒Accès maniaque ou mélancolique peut survenir à distance : risque de virage maniaque de l’accés mélancolique favorisé par le traitement AD.

  • Accès maniaque :

⇒Sédation de l'agitation en qq jours sous traitement mais rémission complète de l'accès spontanément en 6 mois

⇒Risques de cq médicolégales graves de l'euphorie et de l'excitat° sur les actes du patient ou sur son état somatique

⇒Accès maniaque ou mélancolique peut survenir à distance.

  • Maladie maniaco-dépressive :

⇒Les cycles peuvent subir des influences saisonnières : Typiquement, accès dépressifs à l'automne avec rémission ou transformation en accès maniaque à la fin de l'hiver.

Fréquence des accès est + importante chez les BP que chez les UP et tend à augmenter avec l'âge.

La durée des intervalles entre 2 épisodes :

  1. Très variable d'un individu à l'autre et chez un même sujet : elle peut être de plusieurs années.
  2. Le cycle est de 6 mois à 2 ans en moyenne.
  3. Au fil du temps raccourcissement des intervalles libres et allongement des accès

Périodes intercritiques ne sont pas libres chez tous les patients ; on peut en effet observer :

  1. Persistance d'une symptomatologie résiduelle (rémission partielle)
  2. Plus rarement, la persistance du tableau initial : > 2 ans, on parle de chronicité
  3. Parfois, une persistance de symptômes psychotiques au décours d'accès délirants
  4. Ces évolutions atypiques font discuter des diagnostics différentiels.

⇒En moyenne 20 % des patients maniaco-dépressifs décèdent par suicide.

⇒Risque accru d'abus ou de dépendance à l'alcool et de toxicomanie : 2 fois + élevé chez BP que UP.

 

 

Traitement des accès

 

·    Urgence psychiatrique

 

·    hospitalisation parfois sans le consentement du patient : HDT ou HO

 

   selon les dispositions  loi du 27/06/90

 

·    isolement et surveillance

 

·    mise en route du traitement médicamenteux

 

·    Accés mélancoliques    :

  • Après bilan pré thérapeutique (Eliminer les CI aux ADT 3 c) et en l’absence d’allergies connues :

⇒Clinique (TR, oph)

⇒Bio (TBH, fct renale, B HCG)

⇒ECG, RP, EEG

  • Antidépresseurs tricycliquesIVL forte dose :

⇒A dose rapidement progressive avec dose optimale en  4 j sous surveillance : pouls TA, humeur, ECG

⇒Anafranil® (1 amp 25 mg à J1 => 6 amp 25 mg J5) IVL 10 jours avec relais per os à doses efficaces (pdt 6 mois)

  • + Sédatif pendant 2 sem au moins :

⇒En prévention de la levée de l’inhibition : NL sédatif Nozinan® 2cp/j  per os en 1ière intention, puis BZD

  • ou Sismothérapie :
  1.  Si contre indications ou  échecs des AD ou en 1ière intention si Mélancolie délirante, stuporeuse, très anxieuse
  2.  Après bilan pré-op et consultation pré-anesthésique, hors CI

⇒Anévrisme cérébral, AAoAbdo, IDM récent, Coronaropathies, Maladies emboligènes

⇒Tumeur cérébrale, HTIC, AVC récent

⇒Décollement de rétine

⇒IMAO

⇒CI de l’anesthésie et de la curarisation    :

  1. Sous AG avec curarisation
  2. Série de 9 à 10 séances selon efficacité, poursuivi à rythme régulier pdt 6 mois, associé au ttt médical d’entretien
  • Après guérison de l’épisode :

⇒Maintien du traitemenmédical pdt 6 à 18 mois avec surveillance de l’efficacité et de la tolérance

⇒Si amélioration : diminution progressive par paliers

⇒Psychothérapie de soutien puis si nécessaire psychothérapie + structurée

⇒Maintenir au max. l’insertion professionnelle, arrêt de travail à reconsidérer à intervalles réguliers

 

 

·    Accès maniaques :

  • Urgence : Hospitalisation souvent sans le consentement HDT ou HO
  • Isolement

⇒En chambre seule, au calme, en l’absence d’objets dangereux pour le patient ou autrui

⇒Mise en pyjama

⇒Confiscation des moyens de paiement

  • Chimiothérapie sédativepuissant en urgence, hors CI :

⇒NL sédatifs et antiproductifs à fortes doses, voie IM svt nécessaire =>  ex : Largactil + Haldol

⇒relais  per os dès que possible pour2 mois de traitement

  • Mise en route d’une lithiéthérapie dès la phase aigue (efficace après un délai de 5j)
  • Mesures associées :

⇒Surveillance jusqu’à disparition complète des symptômes

⇒Mesures de protection des biens : sauvegarde de justice

⇒Entretiens réguliers puis psychothérapie plus structurée

 

 

Bilan préthérapeutique avant mise sous lithium

- NFS

- TSHus, T4 et T3
- Iono sang et urine, protéinurie, créatininémie et clairance
- Calcémie, phosphorémie, glycémie à jeun

- Β HCG  et contraception efficace chez femme en PAG
- Exam clinique cardio, ECG (>40 ans), Thorax.

 -Exam clinique neuro + EEG si Atcd épileptiq ou anomalie

Contre-indications du lithium

- Neuro :( HTIC, AVC récent, tumeur cérébrale), Endocrino : hyper/hypothyroïdie. Gynéco 1ier trimestre
- Néphro : IRC ou A,  hypoNa,  dyskaliémie  , deshydratation , régime désodé
- Cardio: IDM récent, Insuffisance cardiaque grave, HTA non contrôlée, TDR et TDC  

- Interaction médicamenteuse : AINS, carbamazépine, diurétiques, IEC, inhibiteurs des ® angio II et NL 

Effets indésirables du lithium

Troubles digestifs

Signes précoces : N, V , sécheresse buccale, goût métallique, anorexie, dl ; Signes tardifs : diarrhée

Troubles endocriniens

Hypothyroïdiebiol fréquent (hyperthyroïdie rare), Prise de poids , Baisse de la libido, hyperparathyroidie

Aggravation d’un diabète sucrépré-existant:

Nephro : Sd PUPD, voire diabète insipide néphrogénique (insensibilité tubulaire à l’ADH) svt tardif

Hémato : HLPNprécoce, possible anémie d’o.centrale

Neuro : Tremblements,Sd  extrapyramidal tardif, Anomalie à EEG (ondes théta et delta)l

Neuro-psy : Faiblesse musculaire, Fatigue, somnolence, Vertiges et céphalées, Difficultés mnésiques

CardioV : Précoces : Anomalie de la repolarisation : Onde T  aplati ou négative. Tardifs : TDR (bradycardie sinusale, parfois arythmie sinusale avec BSA) : parfois myocardite.

Dermato : Rash maculopapuleux précoce, Alopécie, Déclenchement ou aggravation d’un acné, d’un pso

Signes de surdosage  = Sd prétoxique (à partir de 1,3 mEq/L jusqu’à 2 mmol/l)
- Augmentation des tremblementsqui débordent les extrémités  (généralisation);
- Nausée, vomissement, diarrhée ; algies gastriques
- Sd pseudo-parkinsonien
- Nystagmus, vertiges, flou visuel
- Ataxie, dysarthrie ; fasciculations musculaires
- Apathie , somnolence, obnubilation => EEG activité théta ample
-.Précordialgie => anoamlie de la repolarisation sur ECG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Prophylaxie des rechutesTraitement de fond

  

·     si certitude diagnostique :

  • Au 1ier accès maniaque :

⇒si atcd familiaux de PMD

⇒si atcd perso de mélancolie

  • Sinon, dès le 2ième accès maniaque
  • Au 3ième accès de mélancolie

 

·    Sels de lithium  Théralithe     :

  • 0.6 < lithiémie < 1 mmol/L
  • Rapport lithémie intraérythrocytaire /plasma < 0.5

 

·    Carbamazépine Tégrétol® :

  • Indications électives  :

⇒      CI  ou résistance au lithium

⇒      Cycles rapides

  • Tégrétolémie  à surveiller

 

·    Autres :

  • valpromide  Dépamide ®

 

·    psychothérapie de soutien

 

Comme on l’a vu plus haut, lithium est de + en + introduit à partir du 1ier accès maniaque

 

Source: Fiches Rev Prat, kb, medline thérapeutique, rdp, conf C.Pelloin, QCM Intest, Medifac

Mots clés de l'article : |

Dans la rubrique FMC

Névralgie Du Trijumeau

Névralgie Du Trijumeau

Sclérose En Plaques

Sclérose En Plaques
Les avis des lecteurs

Votre réaction sur le sujet


Votre Pseudo


Votre mail


Message

* Les messages postés sont soumit a des conditions



Recevez chaque semaine sur votre boite de reception les dernieres actualités médicales.
Agenda Scientifique
Dossier
>Basique
Jeudi 01 Nov. 2018
Maladie et syndrome
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z