Santé et Médicament

Focus :: [ Focus ]

35961 lectures

Les faux asthmes de l’enfant

Par Dr Sellami Zouari Amira

Les faux asthmes de l’enfant

Publié le Jeudi 17 Avril 2014


Les faux asthmes de l’enfant sur facebook
Les faux asthmes de l’enfant - Pneumologie - Pédiatrie.



Résumé :

L’asthme constitue la première maladie chronique de l’enfant et sa prévalence est estimée autour de 10%. Dans trois quarts des cas, il apparaît avant l'âge de 5 ans. Le diagnostic d’asthme de l’enfant surtout d’âge préscolaire est habituellement clinique, ce qui expose à quelques erreurs par excès. L’état d’hyper-réactivité bronchique sous-jacent est en effet difficile à mettre en évidence au cours des premières années de vie.

Nous avons mené une étude rétrospective sur 115 enfants vus en hôpital de jour au service de pneumologie pédiatrique à l’hôpital Abderrahmen Mami de l’Ariana sur une période de 2 ans de janvier 2010 à décembre 2011. Et qui consultent pour motif respiratoire.

L’objectif du travail est d’estimer le pourcentage des faux asthmes et de préciser les pathologies qui prêtent à confusion avec un asthme.

Cinquante et un enfants ont été adressés pour asthme. Parmi eux, 42 ont été mis sous traitement de fond avant d’être adressés. Le diagnostic n’a été retenu que chez 40 enfants (78,4%).  Onze enfants (21,6%) ont été diagnostiqués à tort comme asthme dont 9 ont été mis sous traitement de fond à base de corticoïdes inhalés seuls ou associés aux B 2 de longue durée d’action dans 3 cas. Nous avons finalement retenu chez ces 11 enfants le diagnostic de cardiopathie congénitale dans 2 cas, de RGO dans 2 cas, de bronchites banales dans 5 cas, de tuberculose dans 1 cas et l’origine psychogène dans 1 cas.

La possibilité d’erreurs de diagnostic par excès ne doit pas faire oublier que l’asthme de l’enfant peut également être sous-diagnostiqué.

Mots clés : asthma, child, diagnosis

 

Summary:

Asthma is the more frequent chronic childhood disease. Its prevalence is estimated to be around 10%. In three quarters of cases, it appears before the age of 5 years. The diagnosis of asthma especially in preschool children is usually clinical, exposing sometimes of few errors.

Underlying bronchial hyperreactivity is in fact difficult to identify in the first years of life.

The aim of this work is to estimate the prevalence of misdiagnosis asthma and identify conditions causing confusion with asthma.

 

We enrolled a retrospective study of 115 children seen in hospital day care in the service of pediatric pulmonology at Abderrahmen Mami Hospital in Ariana over a period of two years from January 2010 to December 2011. They were consulting for respiratory symptoms.

Fifty-one children were referred for asthma. Among them, 42 have already been treated. The diagnosis has been confirmed in 40 children (78.4%). Eleven children (21.6%) were misdiagnosed as asthma: 9 were treated with inhaled corticosteroids alone and three combined with long acting B2 agonist. It was congenital heart disease in 2 cases, gastroesophageal reflux in 2 cases, bronchitis in 5 cases, tuberculosis in 1 case and psychogenic cause in 1 case.

Excessive diagnosis errors don’t have to make us forgetting the risk of underdiagnosing of child asthma.

 

 

Introduction :

La plupart des enfants asthmatiques deviennent symptomatiques avant l’âge de cinq ans. Cependant, assurer un diagnostic d’asthme entre deux et cinq ans, c’est-à-dire dans de nombreux pays dans la période préscolaire, risque de devenir une expérience éprouvante pour les parents, l’équipe soignante, le pédiatre ou le médecin généraliste et enfin et surtout pour l’enfant. La raison majeure est l’incertitude qui entoure le diagnostic d’asthme, les implications ultérieures pour l’enfant de diagnostic d’asthme confirmé, les problèmes thérapeutiques et à long terme qu’implique un diagnostic de non-asthme.

L’asthme est la plus fréquente des maladies chroniques de l’enfant. Les données épidémiologiques montrent que la prévalence de cette maladie est de 10% chez l’enfant (1). Partant de la constatation d’une augmentation de la prévalence de l’asthme et des répercussions sociales qu’elle générait, des recommandations internationales ont été élaborées dans le but de standardiser le diagnostique, l’évaluation de la sévérité de la maladie au long cours et les moyens thérapeutiques mis en œuvre pour obtenir une maitrise et un contrôle de la maladie. Le diagnostic repose sur l’anamnèse, l’étude du carnet de santé et la clinique, rarement sur des examens complémentaires. Cela rond le diagnostique parfois difficile vue la présence d’autres maladies peuvent mimer un asthme puisqu’elles se présentent par la même symptomatologie.

L’objectif de l’étude  est d’estimer le pourcentage des faux asthmes et de préciser les pathologies qui prêtent à confusion avec un asthme.

 

Matériels et méthodes :

Nous avons mené une étude rétrospective sur 115 enfants vus en hôpital de jour au service de pneumologie pédiatrique à l’hôpital Abderrahmen Mami de l’Ariana sur une période de 2 ans de janvier 2010 à décembre 2011. Et qui consultent pour asthme ou suspicion d’asthme.

Nous avons collecter toutes les données de l’anamnèse , l’examen clinique minutieux et les examens complémentaires ; nous avons réaliser chez tous nos patient une radiographie du thorax, une numération et formules sanguine, des tests cutanés allergologiques , une exploration fonctionnel quand l’âge le permis et une recherche du reflux gastro-oesophagien (RGO) selon l’âge par échographie abdominale ou le transit oesogastro-duodénal.

 

Résultats :

Parmi 115 enfants 51 enfants ont été adressé pour asthme dont 42 ont été mis sous traitement avant d’être adressés.

Parmi les 51 enfants avec un diagnostic d’asthme posé par le médecin traitant, le diagnostic n’a été retenu que chez 40 enfants (78.4%). (fig a)

Chez les 11 enfants (21.6%) avec un faux diagnostic d’asthme , les diagnostiques retenus sont : la  Bronchite banale a été retenu dans 5 cas , le RGO dans 2 cas et un traitement adapté a permis de disparaitre tous les symptômes , la cardiopathie congénitales dans 2 cas dont un cas de communication inter ventriculaire (fig1,2 ) et un cas de fenêtre aortico-pulmonaire (fig3,4) ,  la tuberculose dans un 1 cas dans sa forme pleuro-pulmonaire (fig5,6) et l’origine psychogène dans un cas .

Discussion :

Le diagnostic de l’asthme de l’enfant et encore chez le nourisson doit etre portéaprès avoir éliminé les autres causes de sibilants. Les autres causes sont multiples à savoir obstacles endo-luminal (corps étranger, tumeurs) (2) dyskinésie des voix aériennes, compression bronchiques extrinsèques  (malformations vasculaires, tumeurs) ; Parmi les malformations vasculaires responsables de compression bronchique, l’artère pulmonaire gauche de trajet aberrant est exceptionnelle (3), les autres malformations vasculaires sont les doubles arcs aortiques (4) , les anomalies des arcs droit ou gauche de l’artère innominée.

 La mucoviscicose, le reflux gastro-oesophagien, la dyskinésie ciliaire primitive, les séquelles de viroses et de pneumopathies, le déficit en alpha-1-anti-tripsine, les cardiopathies congénitales sont aussi des diagnostics différentiels. (5)

La toux psychogène reste un diagnostic d’élimination (6).

Le diagnostic d’asthme est évoqué sur l’anamnèse, l’étude du carnet de santé et l’examen clinique. Il ne faut pas se fier aux sifflements rapportés par les parents pour porter le diagnostic ; pour cela  la réalisation d’une radiographie de thorax de face en inspiration est recommandée pour tout diagnostic d’asthme notamment devant  les signes d’alerte à savoir un tableau clinique atypique ou un échec du traitement ; devant ceci on doit réaliser une radiographie de thorax si non encore faite ainsi que l’exploration respiratoire fonctionnelle et l’endoscopie bronchique dès que possible.

 

 

Conclusion :

Le diagnostic d'asthmechez le petit enfant et encore plus chez le nourrisson est difficile il doit être porté après avoir éliminé les autres causes de sibilants. Le diagnostic est évoqué sur l’anamnèse, l’étude du carnet de santé et l’examen clinique. Et surtout ne pas se fier aux sifflements rapportés par les parents.

 

 

Références :

 

1-J.de Blic. difficult asthma in children.  revue française d’allergologie et d’immunologie clinique 45(2005) 533-537.

2- D. Lavarde, T.N. Pham Thi, M. Le Bourgeois, J. De Blic, P. Scheinmann. À propos d'un cas d'asthme résistant au traitement chez un enfant de 10 ans .Revue Française d'Allergologie Vol 43 - N° 5  P. 335-337 - septembre 2003.

3-F.Milhe,J.Schranz. S.Boniface. D.Vervloet. A.Magnan. un faux asthme lié à une compression bronchique par une artère pulmonaire gauche à trajet aberrant chez une enfant de 7 ans. Rev Mal respir 2004 ; 21 : 402-6.

4-R. Yahiaoui, R. Amrane, D. Hakem, A. Berrah, B. Mansouri. Anomalies des arcs aortiques révélées par des manifestations respiratoires : à propos d’un cas. Journal des Maladies Vasculaires. Vol 38 - N° 2P. 130 - mars 2013

5- N. Roche. Diagnostics différentiels de l'asthme. Revue Française d'Allergologie. Vol 45 - N° 1 P. 14-16 - janvier 2005.

6-Velasco-Zúñiga RBenito-Pastor HDel Villar-Guerra PCrespo-Valderrabano LFernández-Arribas JLSantamaría-Marcos E. Psychogenic cough: a diagnosis of exclusion.

Pediatr Emerg Care. 2012 Nov;28(11):1218-9.

 

Auteurs :

Sellami Zouari Amira , Berraies Anissa , Ammar Jamel , Hamzaoui Agnès.

Service De Pneumologie Allergologie pédiatrique , hôpital Abderrahmen Mami, Ariana, Tunis , Tunisie

Mots clés de l'article : Asthme | Enfant |

Dans la rubrique Focus

Mieux prescrire une électrophorèse

Mieux prescrire une électrophorèse

Methode de taylor : interet et indications

Methode de taylor : interet et indications
Les avis des lecteurs

Votre réaction sur le sujet


Votre Pseudo


Votre mail


Message

* Les messages postés sont soumit a des conditions



Recevez chaque semaine sur votre boite de reception les dernieres actualités médicales.
Agenda Scientifique
Dossier
>Basique
Jeudi 01 Nov. 2018
Maladie et syndrome
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z