Santé et Médicament

Mise au point :: [ Mise au point ]

30671 lectures

L’orthodontie préventive : Intérêt du dépistage

Par Dr F.Ammouche

L’orthodontie préventive : Intérêt du dépistage

Publié le Mercredi 30 Nov. -1


L’orthodontie préventive : Intérêt du dépistage sur facebook
L’orthodontie préventive : Intérêt du dépistage



 

Introduction

Les données de la littérature scientifique sont régulièrement réactualisées et enrichies de nouveautés concernant les éléments diagnostiques  et thérapeutiques en orthodontie. Des méthodes et des techniques innovantes sont proposées aux praticiens  qui sont de plus en plus attirés par une offre grandissante de dispositifs variés et  prometteurs.

Il est certain que les progrès  réalisés en matière de prise en charge orthodontique  sont d’un apport considérable, mais tout praticien averti doit en premier lieu considérer les possibilités offertes par le dépistage précoce de certaines malocclusions.  

Il consiste à rechercher chez les tout jeunes enfants des facteurs favorisant l’apparition d’anomalies orthodontiques et de dépister les anomalies naissantes.

Pour cela, l’orthodontiste mais aussi  tous les professionnels de la santé  doivent intégrer dans leur pratique quotidienne les attitudes  nécessaires au dépistage précoce.   Sont concernés surtout l’orthodontiste mais aussi l’omnipraticien, le pédiatre et  le médecin spécialiste en otorhinolaryngologie.

 Éléments  à  considérer :

-  L’âge : Faut-il intervenir   tôt  ou  temporiser jusqu’à l’établissement de la denture permanente ?

Il n’y a pas de réponse définitive à la question, le  moment de la prise en charge dépend   de différents facteurs qu’il faut considérer pour chaque patient. En revanche le dépistage concerne tous les patients et doit débuter  en denture temporaire ;

-  Le stade de dentition : il permet en fonction de la chronologie établie en moyenne pour l’ensemble des individus de situer le patient  qui peut être en denture temporaire, mixte ou permanente et de déceler une évolution précoce ou tardive des dents ; 

-  Le stade et le type de croissance : les données de l’examen clinique et   celles de l’étude des photographies et des radiographies apportent des informations qui vont appuyer les résultats de l’investigation en faveur ou non de l’intervention précoce ;

-  Les facteurs étiologiques : Les malocclusions orthodontiques sont  nombreuses  et leur origine souvent multifactorielle, il est possible en agissant sur certaines causes d’empêcher leur installation ou leur aggravation ; 

-   Le type de malocclusion : le degré de sévérité est différent d’une anomalie à une autre, il est   fonction de l’origine et de la ou des structures  atteintes mais dans beaucoup de cas il reste possible d’améliorer  la situation à l’aide des dispositifs orthodontiques destinés à l’interception.

Comment procéder au dépistage ?

Il s’agit de diagnostiquer  chez de très jeunes enfants,  la présence d’habitudes   déformantes, de mauvaises postures, de dysfonctions, d’anomalies dentaires, alvéolaires et/ou squelettiques?³?¹¹?. Des troubles occlusaux et articulaires doivent être recherchés  par un examen de l’appareil manducateur.   

L’interrogatoire est une étape importante pour connaitre les antécédents du patient (naissance, alimentation, fratrie, maladies générales)  suivi  de l’examen clinique extra et intra buccal.

Des examens complémentaires  sont demandés pour plus d’informations et  à partir des données rassemblées, la démarche sera d’intervenir, de différer ou de s’abstenir de toute prise en charge orthodontique.

C’est là que les difficultés se font sentir, comment reconnaitre les malocclusions  justiciables   d’une prise en charge rapide et quand  faut il   adresser directement le patient chez l’orthodontiste?   

Il est évident que le spécialiste est le plus à même de répondre à ces questions puisqu’il est le seul en mesure d’évaluer et de préciser les paramètres permettant de poser une indication dans un sens ou dans l’autre en se basant sur  les connaissances acquises nécessaires au diagnostic précis et par le recours aux  différentes  analyses  prévisionnelles.

Cependant,   le rôle et l’apport  de l’omnipraticien  et des différents spécialistes  en charge de l’enfant   sont très importants,  ils  peuvent  contribuer  au dépistage, à la prévention,  à l’interception  dans certains cas et à l’orientation chez l’orthodontiste  quand les besoins en soins orthodontiques sont nombreux et  complexes. Le but est  de profiter d’une période propice pour permettre à la croissance de reprendre son cours habituel???¹¹?.      

Dans un premier temps, il importe d’évaluer l’état de santé buccodentaire,  une mauvaise hygiène, la présence de lésions carieuses et d’extractions prématurées de dents temporaires doivent attirer l’attention du praticien?³?.  La motivation à l’hygiène et aux  soins dentaires permettra  de maintenir les dents de lait qui interviennent dans la croissance des bases maxillaires, la maturation des fonctions et  l’éruption harmonieuse des dents définitives.  

En l’absence de prise en charge, le risque de délabrement dentaire ou d’extractions augmente avec des conséquences négatives sur les dimensions des arcades et le rôle des fonctions en particulier la mastication perturbée dans ses mouvements à cause des caries ou d’un coefficient masticatoire diminué (Fig.1). 

 

Fig.1 Caries multiples et perte prématurée des dents temporaires   

 

 

Une autre  priorité  dans le dépistage consiste à noter  la présence de para fonctions,  succion digitale en particulier (Fig.2). Elles ont une action déformante surtout si  elles persistent après 7 à 8 ans. Elles  participent fortement à l’apparition ou l’aggravation de dysmorphoses alvéolaires et basales, leur réduction dépend du profil psychologique de l’enfant. Il est essentiel de les supprimer  par desméthodes de persuasion douces et progressives associées ou non au port d’appareillages orthodontiques.

 

Fig.2 Succion du pouce et béance antérieure en denture temporaire

 

En même temps, les fonctions orofaciales doivent être examinées à la recherche de troubles de la déglutition, de la phonation, de la mastication ou de la respiration(Fig.3).  L’enjeu concernant le développement   est important à un stade où il est possible de solutionner les problèmes  par l’éducation fonctionnelle???. Celle-ci consiste à rééduquer la déglutition-phonation en repositionnant lalangue, à libérer les mouvements masticatoires???¹?? et à favoriser la ventilation nasale???.

Fig.3  Amygdales hypertrophiques

 

Les enfants qui présentent des problèmes fonctionnels (Fig.4) associés ou non à des habitudes déformantes et à des atteintes carieuses auront plus de risques de développer des anomalies dentaires, alvéolaires et/ou squelettiques même si l’étiologie primaire est également responsable?????. 

Fig.4  Interposition linguale au repos et au cours des fonctions et béance antérieure en denture mixte

 

Concernant les anomalies naissantes, les possibilités interceptives sont nombreuses  et très efficaces?¹²?. Des méthodes simples et peu coûteuses donnent des résultats probants et durables en raison de l’intervention rapide à un moment  où il est plus facile de lever les obstacles et de réorienter la croissance en cas de déviation (articulé dentaire inversé antérieur, articulé croisé latéral, recouvrement incisif exagéré, prématurités au niveau des canines temporaires, germes surnuméraires, mauvaises insertions des freins labial ou lingual).  

Conclusion

Un programme de dépistage de la carie existe en Algérie, il serait intéressant d’y associer le dépistage orthodontique dans un souci d’éthique et de rationalisation de la  prise en charge orthodontique ?¹?²?.   

Le dépistage permet d’éviter l’apparition de certaines anomalies  en agissant   sur  leurs facteurs étiologiques. Ceci impose de les  connaitre et de savoir les déceler  le plus précocement possible  pour empêcher  leur impact  sur la croissance cranio-faciale. Les malocclusions naissantes sont mieux traitées en cas de diagnostic précoce. Des méthodes efficaces existent à condition  d’éliminer les obstacles qui entretiennent et empêchent le retour à l’équilibre occlusal et fonctionnel. 

Auteur:

Dr F.Ammouche ,  Dr Y. Touati, Dr F. Boukhazani

CHU.MUSTAPHA- ALGER

Bibliographie

1.     Arvystas MG. Arguments en faveur du traitement orthodontique précoce. Am J Orthod Dentofacial Orthop. 1998;4, N°2:74-77.

2.     Béry A. En l’absence d’un traitement orthodontique précoce, y a-t-il perte de chance ?Orthod Fr 2006;77:327-333.

3.     Boileau M-J. Orthodontie de l’enfant et du jeune adulte: Principes et Moyens thérapeutiques. Tome 1, Elsevier Masson, 2011.

4.     Boileau MJ,Sampeur-TarritM, BazertC.Physiologie et physiopathologie de la mastication. Encycl Méd Chir (Elsevier Masson SAS, Paris) Stomatologie, 22-008-A-15, 2006,  Médecine buccale, 28-155-M-10, 2008. 

5.     Briffod J. Ronflement de l’enfant. Approche et examen ORL ? Rev Orthop Dento  Faciale 2015 ; 49 : 133-136.  

6.     Fellus P.  Dysfonctions linguales et dysmorphies. Orthod Fr. 2006; 77, N°1:105-112.

7.     Gipch J. L’orthopédie fonctionnelle et les éducateurs fonctionnels souples. Évolutions  ou révolutions ?   Info dentaire 2012;29/30:4-14.

8.     Gola R, Cheynet F, Guyot L, Richard O.  Dysfonctions de l’appareil manducateur et obstruction nasale. Id 39 ; 2002 : 2973-2981.

9.     Gosemick L. Malocclusion : L’importance du dépistage et de l’interception précoces.  L’explorateur Vol 22, N°2,2012.

10.    Limme M.   L’interception en denture temporaire : mastication et réhabilitation neuro-occlusale. Orthod Fr 2006;77:113-135.

11.    Patti A, Perrier D’arc G. Les traitements orthodontiques précoces. Quintessence International, 2003.

12.    Todorova I. Orthopédie préventive et interceptive. Encycl  Méd Chir  (Elsevier, Paris), 23-405-E-10, 1999.

 

Suite au message du Dr Rollet,  l’auteur principal ainsi que le comité de rédaction lui ont adressé des courriers restés sans réponse.

Nous tenons à préciser que ce message  aurait dû être rédigé dans le respect des règles de déontologie, envoyé au comité de rédaction preuve à l’appui et non posté dans l’espace Avis des lecteurs.

Le  Dr Ammouche a tenu à apporter une réponse en s’adressant aux lecteurs de la Revue2Santé 

Chers lecteurs

Mes collègues et moi réfutons des accusations fausses et gratuites qui nous ont profondément affectés. Le Dr Rollet évoque son site et une ressemblance  avec tous les articles qu’il aurait publiés dans différentes revues  et portant sur l’éducation fonctionnelle. Il se désole de ne pas figurer dans notre bibliographie alors qu’il aurait dû écrire au comité de rédaction et apporter une preuve de ses accusations.

Je tiens en tant qu’auteur principal à apporter les précisions suivantes : cet article a été rédigé dans le but de promouvoir le dépistage orthodontique en Algérie en plus du dépistage de la carie dentaire. Il aborde  plusieurs volets  de l’orthodontie et pas uniquement le problème fonctionnel.

Il s’adresse à nos confrères Algériens omnipraticiens, ORL et pédiatres pour les encourager à apporter leur contribution dans la rationalisation de la prise en charge orthodontique par le dépistage précoce sur la base  d’éléments diagnostiques simples et classiques à prendre en compte. Ces éléments me semblent s’appliquer à toute discipline s’intéressant à la prévention : âge, facteurs étiologiques,  croissance,  sévérité de l’anomalie...

Le fond et la forme de cet article ont été choisis à partir des bases fondamentales en orthodontie et en suivant le modèle des fiches d’observation utilisées dans les différentes étapes d’investigation et de traitement qui peut être précoce ou tardif, fonctionnel ou autre.

Notre objectif était de faciliter sa lecture par l’ensemble des confrères en le rendant accessible et simple dans sa présentation.

Nous n’avons pas besoin de recourir au plagiat et encore moins à la malhonnêteté intellectuelle pour exprimer nos besoins et améliorer les conditions de prise en charge orthodontique longue, coûteuse et inaccessible à beaucoup d’enfants démunis. Nous recourons à la prévention et à l’interception au sein de nos services au quotidien et nous formons nos collègues omnipraticiens dans ce sens.

J’invite mes confrères à se rendre sur les sites de la Société Algérienne d’Odontologie Pédiatrique et celui de l’INSP pour constater que nous n’avons pas attendu le Dr Rollet  pour aborder le dépistage, la prévention et l’interception en Algérie et ce depuis plusieurs années.

 Confraternellement

Dr Ammouche

Mots clés de l'article : |

Dans la rubrique Mise au point

Les causes de la fibromyalgie

Les causes de la fibromyalgie

La césarienne extra-péritonéal

La césarienne extra-péritonéal
Les avis des lecteurs

Votre réaction sur le sujet


Votre Pseudo


Votre mail


Message

* Les messages postés sont soumit a des conditions



Recevez chaque semaine sur votre boite de reception les dernieres actualités médicales.
Agenda Scientifique
Dossier
>Basique
Mercredi 30 Nov. -1
Maladie et syndrome
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z