Santé et Médicament

En pratique :: [ En pratique ]

41711 lectures

Diarrhée chronique : principes de prise en charge.

Par Dr Pierre FRANCES

Diarrhée chronique : principes de prise en charge.

Publié le Samedi 07 Déc. 2013


Diarrhée chronique : principes de prise en charge. sur facebook
Diarrhée chronique : principes de prise en charge - Gastro-entérologie.



La diarrhée chronique se caractérise par un poids de selles supérieur à 300 mg/j, ou plus simplement plus de 3 selles par jour.

Bien entendu, il faut penser avant tout chez la personne âgée à des fausses diarrhées qui sont en fait des constipations.

 

Plusieurs mécanismes sont responsables de ce problème :

-          Diarrhée sécrétoire due à une sécrétion d’électrolytes qui dépasse les capacités de réabsorption d’aval. L’origine de ce trouble est iatrogène ou inflammatoire.

-          Diarrhée osmotique. Dans ce cas des molécules (il s’agit souvent de médicaments) attirent et retiennent de l’eau.

-          Diarrhée secondaire à une malabsorption des graisses. Elles sont rares et souvent dues à des pathologies du grêle ou du pancréas.

-          Diarrhée motrice qui se caractérise par un transit trop rapide ; ce qui limite l’absorption et la fermentation des aliments. Elle sont idiopathiques, mais peuvent être lésionnelles, endocriniennes ou neurologiques.

-           

Dans un premier temps, il faut interroger le patient :

-          Pour éliminer une fausse diarrhée (notion de constipation notamment).

-          On pense à rechercher une origine auto-immune, un diabète ou une maladie coeliaque.

-          On fait l’inventaire des médicaments administrés les 3 mois précédents : biguanides, AINS, antibiotiques, IRS, veinotoniques, colchicine, dérivés du 5 ASA.

-          On demande au patient s’il est allé à l’étranger dans les 2 mois précédents.

-          On évalue les antécédents chirurgicaux (résection intestinale, cholécystectomie).

-          On recherche des antécédents de radiothérapie pelvienne.

-          On note l’aspect des selles, leur nombre, et l’horaire.

-          On évalue les modifications des poids, l’effet de lopéramide.

-           

Le bilan sanguin comporte le plus souvent : NFS, CRP, ionogramme plasmatique et créatinine, fer sérique, ferritine, saturation en transferrine, albuminémie, 25 OH D3, sérologie VIH (si suspicion d’IST).

 

Par la suite, on peut demander une coproculture, une TSH.

La coprologie doit préciser la recherche du Clostridium difficile. Tout examen coprologique est réalisé sur 2 jours.

Si l’ensemble de ces examens se révèle négatif, il est nécessaire de pratiquer une gastroscopie (avec prélèvements au niveau fundique, antral et duodénal).

L’iléoscopie est réalisée secondairement.

En parallèle, il faut prescrire une tomodensitométrie abdomino-pelvienne.

 

D’après l’exposé de Lamarque D.  Service de Gastroentérologie. CHU A. Paré. Paris.

Par le Dr FRANCES Pierre. Médecin généraliste. F. 66650. Banyuls sur mer.

Mots clés de l'article : Diarrhée chronique | Diarhée |

Dans la rubrique En pratique

Le traitement de l'arthrite

Le traitement de l'arthrite

Les thérapeutiques actuelles du canal lombaire étroit

Les thérapeutiques actuelles du canal lombaire étroit
Les avis des lecteurs

Votre réaction sur le sujet


Votre Pseudo


Votre mail


Message

* Les messages postés sont soumit a des conditions



Recevez chaque semaine sur votre boite de reception les dernieres actualités médicales.
Agenda Scientifique
Dossier
>Basique
Lundi 30 Nov. -1
Maladie et syndrome
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z