Santé et Médicament

Guide des consultations :: [ Guide des consultations ]

62421 lectures

Atrophie vulvovaginale

Par Dr HENNI Kamel

Atrophie vulvovaginale

Publié le Dimanche 22 Sept. 2013


Atrophie vulvovaginale sur facebook
Atrophie vulvovaginale en consultation - Gynécologie.



Définition:

Amincissement et atrophie de la vulve et du vagin (tissus hormonosensibles). Ces changements sont dus à une diminution de la sécrétion d'œstrogène. L'atrophie vulvovaginale par insuffisance œstrogénique est souvent associée à une incontinance urinaire. 
Organes atteints: 
Appareil génital 
Génétique - facteurs héréditaires: 
Sans objet 
Âge de prédilection: 
Essentiellement en post-ménopause 
Sexe de prédilection: 
Femme uniquement 

Étiologie:

Insuffisance œstrogénique 
• Ménopause (chirurgicale ou naturelle) 
• Ovariectomie 
• Irradiation du pelvis 
• Antiœstrogènes 

Facteurs de risque: 
• Les déficits œstrogéniques peuvent accompagner certains désordres métaboliques. 
• Infections vaginales bactériennes ou fongiques 
 

Diagnostic

Symptomatologie: 
Sécheresse vaginale 
• Diminution des sécrétions vaginales 
• Dyspareunie 
• Amincissement de la muqueuse vulvaire, avec diminution de l'intégrité des structures de soutien 
• Prurit fréquent 
Diagnostic différentiel: 
• Cancer de la vulve ou du vagin 
• Dystrophie vulvaire 
Examens de laboratoire: 
• Cytologie: diminution de l'index de maturation, reflétant la baisse du renouvellement cellulaire, causé par la diminution des récepteurs aux œstrogènes 
• En péri-ménopause ou pendant la ménopause, la FSH (follicule stimulating hormone) augmente et l'œstradiol diminue. 
Médicaments interférant avec les résultats: 
• L'œstrogénothérapie augmente l'index de maturation. 
• La digoxine a des propriétés œstrogéno-like 
• Le tamoxifène peut reproduire les signes de la ménopause, mais peut aussi agir sur les tissus génitaux comme un faible agoniste des œstrogènes.Les symptômes peuvent alors varier. 
• Les médicaments utilisés pour traiter l'endométriose ou les saignements utérins comme la progestérone, le danatrol ou les analogues de la LH-RH, peuvent faire apparaître une ménopause artificielle réversible. 
États pathologiques interférant avec les résultats: 
Sans objet 
Anatomie pathologique: 
Amincissement de l'épithélium malpighien vulvaire et génital 
Examens diagnostiques spécifiques: 
Sans objet 
Imagerie: 
Sans objet 
Démarche diagnostique: 
• Examen de la vulve et du vagin avec index de maturation cellulaire 
• Dosage de la FSH pour confirmer la ménopause 
• Dosage de l'œstradiol pour évaluer le taux d'œstradiol circulant 

Traitement

Structure adaptée aux soins: 
Traitement ambulatoire 
Mesures générales: 
L'œstrogénothérapie améliore les symptômes et restaure l'épaisseur de l'épithélium en augmentant la vascularisation des tissus génitaux. 
Restriction d'activité: 
Aucune 
Régime: 
Aucun 

Médicaments

Produits de référence: 
Nombreux 
• Les œstrogènes doivent être utilisés du 1er au 20ème jour de chaque mois, par voie percutanée ou orale. 
• Associés aux progestatifs (surtout si l'utérus est toujours en place) du 16ème au 25ème jour du mois 
• Progestérone naturelle: dydrogestérone, dérivés de la 19-norprogestérone, de la 17-hydroxyprogestérone, de la 19-nortestostérone, associés ou non aux œstrogènes par voie locale 
Contre-indications: 
• Œstrogènes contre-indiqués en cas d'antécédent de cancer du sein ou de tumeur avec des récepteurs positifs pour les œstrogènes 
• Antécédent de cancer de l'utérus: contre-indication relative 
Précautions d'emploi: 
Se référer aux recommandations du laboratoire pour chaque spécialité 
Interactions médicamenteuses: 
Se référer aux recommandations du laboratoire pour chaque spécialité 
Autres médicaments utilisables: 
Sans objet 


Surveillance

Modalités de la surveillance: 
Les patientes doivent être informées que les symptômes doivent s'améliorer en 30 à 60 jours. Si tel n'est pas le cas, il faut refaire un bilan et rechercher une autre cause. 
Mesures hygiéno-diététiques: 
Sans objet 
Complications: 
Celles de l'œstrogénothérapie: métrorragies post-ménopausiques, nausées, céphalées, modification de la libido, phlébites 
Évolution et pronostic: 
Excellents. La plupart des symptômes régressent avec l'œstrogénothérapie. 


Divers

Pathologies associées: 
Incontinence urinaire 
Facteurs liés à l'âge: 
• Enfant: sans objet 
• Sujet âgé: sans objet 
• Autres: sans objet 
Grossesse: 
Le taux de prolactine est élevé chez la femme allaitante, avec donc hypo-œstrogénie relative. En cas de dyspareunie dans ces circonstances, possibilité d'utiliser des lubrifiants. Les symptômes se résolvent à l'arrêt de l'allaitement. 

Mots clés de l'article : Atrophie vulvovaginale |

Dans la rubrique Guide des consultations

Autisme

Autisme

Atrésie des voies biliaires

Atrésie des voies biliaires
Les avis des lecteurs

Votre réaction sur le sujet


Votre Pseudo


Votre mail


Message

* Les messages postés sont soumit a des conditions



Recevez chaque semaine sur votre boite de reception les dernieres actualités médicales.
Agenda Scientifique
Dossier
>Basique
Jeudi 01 Nov. 2018
Maladie et syndrome
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z